Live Magazine n°1, les journalistes montent sur scène

Live MagazineHier soir, donc le mardi 29 avril 2014, à la Gaité Lyrique, à Paris, j’ai assisté à une première : le numéro 1 de Live Magazine, la revue d’histoires vraies. Ami(e)s lecteurs(trices), je vous demande d’avance de pardonner les imprécisions que contient cette chronique d’un spectacle de journalisme vivant, car je me suis conformé aux désirs des organisateurs de cette soirée : pas de photo, pas de vidéo-captation, et pour ma part pas de notes. Donc, tout ici est mémoire vive d’un événement, par définition éphémère, auquel ne purent assister que 300 personnes.

Continue reading

Chasing Bonnie & Clyde, Long format & puzzle, « Apprendre à coder », disent-ils , Autoportrait du journaliste belge … La semaine

New Adventures for Older Workers, de PBS NewsHourIl ne faut pas écouter les augures qui annoncent la fin du journalisme. Il n’a sans doute jamais été aussi vivant. Un projet comme Chasing Bonnie & Clyde en est l’illustration, tous comme le sont les magnifiques sujets multimédias proposés par le New York Times, PBS et L’Équipe. Avec Explore, le site sportif montre qu’il est possible d’être ambitieux et innovant avec des budgets maîtrisés. Encore faut-il, pour que cela soit possible, que les journalistes changent et s’ouvrent -entre autres- à la technologie et donc apprennent le « code », la question étant de savoir ce que cache ce terme générique. Le sujet a été vigoureusement débattu la semaine dernière aux États-Unis. Ce ne fut pas le cas en Belgique, où si l’on s’en tient à l’Autoportrait des journalistes belges 2013, qui vient d’être publié, l’immense majorité des journalistes belges semble privilégier une approche très traditionnelle du métier. C’est la semaine du lundi 21 octobre au dimanche 27 octobre 2013.

Continue reading

Dix points à retenir de la #CNMJ, Google et Quartz fêtent leur anniversaire, les journalistes en France… La semaine

Comment se porte le journalisme ? Pas trop mal en terme d’innovation, c’est du moins ce que j’ai retenu de la 4e Conférence nationale des métiers du journalisme qui s’est tenue les 26 et 27 septembre à l’Unesco. L’innovation est aussi au cœur d’une entreprise comme Google, qui fêtait son quinzième anniversaire et du prometteur Quartz, qui lui soufflait sa première bougie. Pour finir, une bonne nouvelle: le nombre de journalistes titulaires de la carte de presse a de nouveau augmenté en 2012 après deux ans de baisse. Voilà pour la semaine du lundi 23 au dimanche 29 septembre 2013.

  1. La conférence nationale des métiers du journalisme : dix points à retenir
  2. Google fête ses quinze ans
  3. Quartz, un an d’existence et déjà devant The Economist aux États-Unis
  4. Le nombre de journalistes en France augmente de nouveau


1. La Conférence nationale des métiers du journalisme

Logo - CNMJ

Aujourd’hui, il y a deux manières de regarder l’évolution des médias: la première consiste à ne retenir que la lente agonie des journaux papiers, les licenciements de journalistes par dizaines -ou à l’échelle de pays, par centaines- et leur précarisation, à estimer que parvenir à un nouveau modèle économique viable pour les médias n’est pas possible, etc. L’autre consiste à explorer les voies novatrices, à s’en tenir à cette idée qu’il faut explorer mais que tout est expérimental donc faillible et qu’aboutir à la rentabilité sans perte de qualité est possible.

Cette précaution est nécessaire, car les participants à la première journée de la 4e Conférence nationale des métiers du Journalisme [CNMJ], ce 26 septembre 2013, eurent à subir ce chaud-froid. Je ne m’appesantirais pas sur l’aspect « glacial », [ceux qui le souhaite trouveront tous les éléments d'information sur L'Observatoire des Médias, qui a tenu le live des deux journées, ou le site de la CNMJ]  pour ne retenir que  le chaud à savoir la table-ronde consacrée aux « Stratégies d’entreprise et rédaction ». Continue reading

The Magazine : éloge de la simplicité

Six articles par numéro, des photos ou des illustrations fortes, des titres sobres, une édition impeccable, un prix bas… Marco Arment a-t-il trouvé les clés du succès avec The Magazine, une publication destinée en premier lieu à l’iPad ? Peut-être, mais s’il fait pour l’instant la course en tête sur le marché des « publications minimalistes », déjà la concurrence s’organise. 

Un article de The Magazine

Le titre, par sa fausse évidence, est trompeur : The Magazine ; comme si l’on avait à faire à l’un de ses innombrables ePubs mal fagotés qui encombrent les kiosques des smartphones et des tablettes. La couverture l’est tout autant. Dans le [Newsstand] de l’iPad ou de l’iPhone rien ne distingue réellement la publication de ses concurrents. Pourtant, The Magazine est le résultat de choix radicaux et suffisamment séduisants pour revendiquer après mois de six mois d’existence 25.000 abonnés, ce qui lui permet de dégager des bénéfices. 

1 – La simplicité

L’homme derrière The Magazine s’appelle Marco Arment. Il est le concepteur d’Instapaper, un système d’archivage en ligne, dont la simplicité d’usage fait le succès. Pour autant, comme il le reconnaît lui-même rien ne le prédestinait à lancer un magazine, qui plus est sur tablette. D’ailleurs, à écouter les augures, tout aurait du le décourager : rentabilité impossible, complexité —et coût— de la conception et du développement, difficulté à trouver des abonnés, etc. L’illustration parfaite de cette « mission impossible » était symbolisée par l’échec de The Daily, un quotidien sur l’iPad lancé à grands frais par Rupert Murdoch et qui semblait avoir tous les atouts pour s’imposer : l’appui du plus grand groupe media mondial, News Corp, une équipe rédactionnelle imposante… Pourtant, c’est au moment même où The Daily  vacillait [le dernier numéro sera publié en décembre 2012] que Marco Arment lançait, en octobre 2012, le premier exemplaire de son nouveau-né. Continue reading

La naissance de la short-video

tout-capture-vine

Elles sont trois. Elles marquent sans aucun doute une évolution majeure dans la iVidéographie, qui est à la vidéo ce qu’est l’iPhotographie à la photo. Il s’agit de ces trois applications qui viennent d’être lancées quasi simultanément : Tout, Capture de Youtube-Google et Vine par Twitter.

Toutes trois permettent l’éclosion d’un nouveau langage vidéo, et renforcent encore la place de la vidéo dans les modes de narration. Chacune a ses particularités, ses avantages et ses inconvénients, mais toutes trois partagent trois caractéristiques :

  • n’exister que par ou pour le smartphone (pour l’instant, l’iPhone, et Androïd pour Tout)
  • imposer un format court aux vidéos que l’on réalise : entre 6 et 15 secondes
  • permettre un partage immédiat sur les réseaux sociaux

Maintenant revue de détails, en suivant l’ordre chronologique d’apparition :

Tout1 – Tout

Tout est le service le plus ancien. Il a été lancé en avril 2012 par Michael Downing. Son idée repose sur un principe simple, qu’il explique ainsi :

Certains moments dans la vie ne peuvent être expliqué par le texte. Tout raconte la vie telle qu’elle est, en couleur et en son, et s’oppose ainsi à la vie « telle qu’elle est écrite en 140 signes ou moins » (…) Tout le monde n’a pas l’esprit ni les compétences pour s’exprimer dans des blogs ou des tweets, mais nous avons chacun un regard ["perspective"] qui nous est propre et ces regards constitueront la base d’une nouvelle forme de conversation et de narration. Continue reading